Pensées confinées pour l’après-confinement: « ne pas revenir à la normale »

17 avril 2020

Alors que le confinement dans le monde s’installe confortablement (néanmoins avec l’espoir de voir sa fin), je pense ne pas être le seul à imaginer (espérer) des changements radicaux une fois qu’il sera derrière nous, initiés par une combinaison des enseignements tirés de la crise et d’un souhait et d’une motivation pour un « meilleur après ».

Nous sommes tous touchés par la crise : financièrement, socialement, dans nos certitudes et incertitudes, dans nos croyances. Sans oublier ceux dont la santé est directement affectée. La plupart d’entre nous ne sortira pas de ce confinement comme elle y est entrée. Ainsi nombreux sont ceux qui écrivent sur ces changements auxquels nous pouvons nous attendre, mais beaucoup d’autres ne parlent que d’un « retour à la normale », autrement dit à comme c’était avant. Je fais partie de ceux qui pense que retourner « à la normale » c’est tout simplement mettre un pied dans la prochaine crise. Je fais donc partie de ceux qui pensent que cette crise peut être une opportunité de changer.

Bien sûr, l’idée de lancer kab’inn a une résonance particulière dans ces notes, mais c’est d’abord un article de The Minimalists (si vous ne les connaissez pas, ils ont été parmi les premiers à vraiment transmettre le concept et les pratiques du minimalisme, à m’inspirer moi et Kab’inn) qui a déclenché le mien. Ils ont partagé leurs pensées confinées dans lesquelles je retrouve un véritable écho des miennes.

D’abord un peu d’étymologie, j’apprends dans leur article que les caractères chinois pour le mot « crise » – weiji – signifient « danger » (wei) et « opportunité » (ji) : une belle analogie de là où nous en sommes aujourd’hui selon moi : à la fois dans une période dangereuse, les gens s’inquiètent pour leur santé (parce que nous avons tendance à oublier le risque réel du virus) et pour leur avenir, et dans une période d’opportunités, celles de sortir plus fort de ce danger. « Utilisez ces jours pour tout remettre en question, ne perdons pas cette occasion de lâcher prise et de recommencer. Le meilleur moment pour changer a été au cours de la dernière décennie, le deuxième meilleur moment est maintenant. »

En effet, je fais référence ici à la seule crise que j’ai vraiment « vécue » personnellement, la dernière crise qui nous a durement et durablement frappés à l’échelle mondiale : celle de 2008. Il semble évident aujourd’hui que nous n’en avons pas tiré toutes les leçons, étant à nouveau confrontés à des problèmes similaires, principalement sur le plan économique. Mais 2008 avait été l’occasion de voir apparaître de nombreux changements. En lien direct avec ce que nous construisons et transmettons à travers kab’inn 10 ans après, 2008 a vu l’émergence du mouvement des « tiny-houses », comme une nécessité de logement mais surtout comme une revendication d’un « meilleur après », comme une alternative à ce qui n’a évidemment pas fonctionné comme prévu. Le minimalisme est également apparu comme la réponse au « toujours plus » qui ne conduit finalement qu’à la crise.

Nous avons en quelque sorte une deuxième chance aujourd’hui de réaliser que le fait de ne pas changer, ou de ne pas changer suffisamment, entraînerait une nouvelle crise, très probablement avant la prochaine décennie. « Nous avons encore trop consommé, trop pris nos aises, mais l’ennemi aujourd’hui n’est plus seulement le consumérisme excessif, c’est aussi l’indulgence excessive ». Alors, pourquoi « revenir à la normale » ? Pourquoi revenir au passé alors que ce qu’il ne fonctionnait que pour peu de monde ? Croyons-nous toujours que la croissance du PIB, l’augmentation de la consommation et de l’endettement, « la confiance des consommateurs » sont les illustrations de la prospérité et du bonheur ? Je n’ai pas la réponse à ce que doit être Demain, mais je pense que nous pouvons tous convenir que les initiatives nées après 2008, plus humaines, plus minimalistes, plus sobres et plus écologiques mais toujours marginales, doivent devenir « la nouvelle norme ».

Un avis, un commentaire ?

On vous écoute !
Nous contacter
« Collectionnez les moments, pas les choses. »
Paulo Coelho

Suivez l'aventure kab'inn.

Recevez votre dose d'inspiration avec la newsletter kab'inn.
Promis, on utilisera votre email à aucune autre fin.

Merci ! Vous êtes génial(e) ! On revient vite vers vous avec des nouvelles :)
Oops ! Il y a apparemment un petit problème :( Ca vous dérange de réessayer ?