Le Danshari et le Ma japonais : philosophies du minimalisme

19 avril 2020

Petit à petit j’introduis sur le journal de Kab’inn nos sources d’inspiration. J’y ai écrit un article sur le désencombrement comme première étape du minimalisme, un autre sur l’art du shinrin-yoku. Ces deux pratiques, voire philosophies de vie, sont très présentes au japon dont le minimalisme et l’essentiel ont une place prépondérante, notamment car inspirées du bouddhisme zen.

Nous sommes en train d’aménager l’intérieur de notre première kab’inn et nous serons bientôt à l’ultime étape de sa décoration. C’est donc le moment idéal pour ouvrir un autre chapitre du minimalisme et vous parler d’un concept japonais, connu sous plusieurs noms selon là où il est appliqué, mais qui dans chacun des cas nous a inspiré dans le design et l’ameublement des modèles kab’inn.

Qu’il s’agisse de Danshari, l’art du rangement prôné par le célèbre Hideko Yamashita ou Marie Kondo jusqu’au pli des chaussettes, ou du Ma (à prononcer Maha), l’art de la gestion du vide, les japonais ont traduit dans leur quotidien tous les principes du minimalisme afin de se concentrer sans obstacle sur l’essentiel et sur soi, loin du stress.

L’auteur Fumio Sasaki (L’essentiel et rien d’autre) considère ainsi le minimalisme pas uniquement comme le changement de son intérieur, mais comme un véritable enrichissement de sa vie. Selon lui lorsque votre intérieur est désencombré, où chaque objet a une utilisation bien précise, vous vous y sentez mieux, plus libre, davantage concentré sur les choses importantes de votre existence.

Le Ma prône la philosophie du « rien » pour remplir l’espace et combler la peur du vide. Oui, c’est philosophique… « Le bonheur est dans le vide ». Mais à y réfléchir ça a beaucoup de sens. Au risque de me répéter avec l’article sur l’art du désencombrement, le désordre, les objets, le superflu, sont autant d’obstacles à la sérénité et au calme. Dans le « Ma » le vide met en valeur la beauté des objets qui restent, des surfaces, des matériaux, tout en contribuant à élargir l’espace. Utile quand il s’agit d’une tiny-house, n’est-ce pas ? 🙂

Et pour aller un peu plus loin, le Ma c’est aussi prendre davantage de pauses dans la journée, s’asseoir pour réfléchir ou arrêter réfléchir, idéalement. Les espaces épurés poussent à la méditation, permettent de faire de la place dans son esprit, de se concentrer sur son environnement, sa respiration. Et oui, c’est aussi ça l’esprit Kab’inn 🙂

Un avis, un commentaire ?

On vous écoute !
Nous contacter
« Collectionnez les moments, pas les choses. »
Paulo Coelho

Suivez l'aventure kab'inn.

Recevez votre dose d'inspiration avec la newsletter kab'inn.
Promis, on utilisera votre email à aucune autre fin.

Merci ! Vous êtes génial(e) ! On revient vite vers vous avec des nouvelles :)
Oops ! Il y a apparemment un petit problème :( Ca vous dérange de réessayer ?